Catéchèse

Le meilleur du "bon vieux caté"

Montmartre

Bienvenue sur CATÉCHÈSE, le site du « Caté à l’ancienne », là où les vieux manuels vous offrent le meilleur d’eux-mêmes pour explorer l’éducation religieuse de jadis.

Ce florilège des beaux livres de catéchisme s’attache à mettre en perspective textes et images, miroir d’une époque où l’enseignement n’avait pas recours à la photo, et encore moins à l’univers du multimédia.

Il porte un regard didactique sur l’histoire sainte, articulant observations et explications, rituel et vocabulaire, lectures et devoirs.

Il entretient surtout le souvenir d’une pédagogie active en parfaite harmonie avec l’idéal de la vie chrétienne, entre liturgie et prière, entre échange et transmission, entre discernement et méditation.

Ressources inépuisables de notre Église universelle, « une, sainte, catholique et apostolique. » Message inébranlable puisque depuis deux mille ans, l’Évangile est en marche…

Jesus-10


vendredi 19 avril 2019

Ressuscité !

Chrétiens que nous sommes,

soyons fiers de notre certitude :

Christ est ressuscité !

Joyeuses Pâques à tous… 

Resurrection-B

 « La foi est une ferme assurance des choses qu'on espère,

une démonstration de celles qu'on ne voit pas. » Hébreux 11-1 

 La victoria de la Cruz anunciaremos, Pues es la vida que el mundo anhela alcanzar.

Traduction — La victoire de la croix nous annoncerons, Car c'est la vie que le monde aspire à atteindre. 

Posté par JGimard à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 28 mars 2019

Le geste de paix

Geste

Étrange rite que « le geste de paix » au cours de la messe dominicale. 

« Dans la charité du Christ, donnez-vous la paix », nous invite le prêtre, entre le Notre Père et l’Agnus Dei.

Et soudain, une étrange chorégraphie mélange pêle-mêle question sémantique,  rite liturgique et spectacle ethnologique dans un gentil brouhaha où la main s’accommode bon gré mal gré d’un certain embarras.

Découvrez ma dernière chronique, — publiée dans le Bulletin hebdomadaire de la paroisse Saint-Pierre-de-Montmartre — sur la longue pérégrination de ce rituel.

Regard profane sur un débat ecclésial partagé entre pleine adhésion et prudente réserve.

Suivre ce lien pour accéder audit article — Geste

Envie de réagir à cet article ou de livrer votre témoignage ? 

Geste

Utilisez le lien Commentaire, situé en pied de page.

Geste

Posté par JGimard à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mercredi 6 mars 2019

Parenthèse poétique (11)

Careme-Peguy-C

Ouvrons cette parenthèse poétique pour accueillir le Carême, comme il se doit : quarante jours voués à la prière, au jeûne et au partage pour mieux nous dépouiller du superflu sur le chemin qui nous mène à la Résurrection.

Il serait trop injuste de faire un procès en sacrilège à notre ami Charles Péguy qui puise, sans doute dans ses souvenirs d’enfance, l’inspiration de La prière du soir.

Comble d’audace : il ose faire parler Dieu, sur un ton familier, comme un père parlerait à son petit. Un Dieu ému, indulgent, souriant, qui accueille d’un air badin les approximations d’une prière ânonnée qui lutte contre le sommeil, comme si le spectacle de cet enfant bredouillant était la merveille absolue de sa création.

En lisant cette poésie, aussitôt nous reviennent à l’esprit des bribes de l’écriture sainte. 

« La parole n'est pas encore sur ma langue que déjà, Seigneur, tu la connais entièrement », entonne le psaume 138. Lointain écho au propos rassurant que Jésus tient à ses disciples au moment de leur enseigner le Notre Père : « Votre Père sait ce dont vous avez besoin avant que vous le lui demandiez » (Mt 6,8). Ou encore cette mise en garde du Christ, courroucée ou humoristique, sur la sincérité de l’instant : « Ne rabâchez pas, comme le font les païens ! » (Mt 6, 7). 

L’enfant Charles Péguy ne rabâche pas, lui. Il murmure ou marmonne, défiant la fatigue pour honorer sa dévotion. Qu’importe. Il fait confiance à Dieu. Il sait que Dieu l’écoute. Il sent que Dieu est tout près de lui. Alors Dieu est attendri. Douce certitude que ce temps de Carême se plaira à conforter en notre cœur… Par la prière, le jeûne et le partage.

Joyeux et Saint Carême à tous !

 

La prière du soir 

Rien n’est plus beau qu’un enfant qui s’endort en faisant sa prière, dit Dieu.

Je vous le dis, rien n’est aussi beau dans le monde.

Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau dans le monde.

Et pourtant j’en ai vu des beautés dans le monde.

Et je m’y connais. Ma création regorge de beautés.

Ma création regorge de merveilles.

Or, je le dis, dit Dieu, je ne connais rien d’aussi beau dans tout le monde

Qu’un petit enfant qui s’endort en faisant sa prière

Sous l’aile de son ange gardien,

Et qui rit aux anges en commençant de s’endormir ;

Et qui déjà mêle tout ça ensemble et qui n’y comprend plus rien ;

Et qui fourre les paroles du Notre Père à tort et à travers pêle-mêle

Dans les paroles du Je vous salue, Marie,

Pendant qu’un voile déjà descend sur ses paupières,

Le voile de la nuit sur son regard et sur sa voix.

J’ai vu les plus grands saints, dit Dieu. Eh bien, je vous le dis,

Je n’ai jamais rien vu de si drôle et par conséquent je ne connais rien de si beau dans le monde

Que cet enfant qui s’endort en faisant sa prière

(Que ce petit être qui s’endort de confiance)

Et qui mélange son Notre Père avec son Je vous salue, Marie.

Charles PÉGUY — Le mystère des Saints Innocents (Pari, Gallimard, 1912)

Pour en savoir plus sur l'auteur, suivre ce lien — http://www.charlespeguy.fr/

 

Carême dans la Ville 2019 - teaser "la foi en actes"

Careme-B

Retrouvez notre chronique 2018 consacrée au Mercredi des Cendres — 

http://catechese.canalblog.com/archives/2017/02/24/34977095.html

Posté par JGimard à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 1 février 2019

Imprimatur n°02

Imprimatur-0200

Maintenant que nous avons inauguré cette rubrique Imprimatur*, accordons-nous « l’autorisation officielle » de vous présenter un livre de catéchisme vraiment pas comme les autres.

Un roman familial de style scolaire paré d’une belle vertu catéchétique, à en juger son sommaire édifiant : initier l’enfant à la liturgie de l’Église catholique, en mettant en scène ses rites et sacrements…

Issue d’une famille bretonne pieuse « bien comme il faut », Bernard et Colette proposent aux jeunes lecteurs un chemin de foi jalonné de doctes apprentissages et de sages conseils, jusqu’à mettre en perspective l’appel de la vocation.

La lettre aux auteurs, placée en exergue de l’ouvrage, vient en saluer le choix éditorial :

« Nous vous offrons nos félicitations pour votre science liturgique et le zèle que vous consacrez à l’éducation religieuse des enfants. Sous cette forme de dialogues familiers, votre ouvrage leur permettra de s’intéresser plus facilement aux cérémonies du culte, de les mieux comprendre, de les admirer et de les aimer. En priant le Seigneur de bénir votre œuvre, nous formons les souhaites les plus vifs pour le succès de cette excellente initiation à la sainte liturgie. »

Bref, par ce livre, la Maison Mame a fait le pari de donner aux enfants de France l’envie de courir à la messe. Belle ambition que les générations suivantes ont hélas désertée…

Source : Un groupe de pères et de mères de famille — À la découverte de la liturgie avec Bernard et Colette (Tours, Maison Mame, illustrateur : Maurice BERTY, 1937)

COUVERTURE —

Liturgie

 TABLE DES MATIÈRES —

Imprimatur-0201

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 DE BELLES IMAGES —

Imprimatur-0203 

Imprimatur-0205

Imprimatur-0206

 

 

 

 

 

 

 * LIEN ad hoc pour tout savoir, ou presque, sur l'imprimatur — 

Imprimatur - Wikipédia

L' imprimatur (littéralement : qu'il soit imprimé !) est une autorisation officielle de publier, donnée par une autorité de l' Église catholique. Elle est décrite dans le droit canonique, et donnée par l' ordinaire du lieu (l' évêque) où le livre est imprimé. Elle a pour origine la bulle pontificale Inter sollicitudines de 1515.

http://wikipedia.org

Autre façon — plus moderne — de se familiariser avec la messe : un dessins animé instructif de 2 minutes et 40 secondes pour comprendre la liturgie !

Quelles sont les parties de la Messe ?

Imprimatur-0202

Posté par JGimard à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


samedi 24 février 2018

À l'antenne (01-suite)

Radio-ON-AIR

Réécoutez le Midi-Magazine de Fréquence Protestante (100.7).

Je recevais Christophe ANDRÉ, venu présenter son dernier opus « La vie intérieure », paru aux éditions de l’Iconoclaste.

Échange fort spirituel autour de la question existentielle : « La vie intérieure, et Dieu dans tout ça ? »

Trois sujets chrétiens abordés lors de notre entretien : la compassion, le pardon, la prière. Pour éclairer notre chemin de Carême.

JG

logo-FP

PODCAST de l’émission —

- diffusée jeudi 22 II 2018

- format = 50 minutes

https://frequenceprotestante.com/diffusion/justice-a-22022018/

Avec vous bien sûr, le débat continue sur ce site, tout disposé à accueillir vos commentaires.

 Que la Paix soit avec vous !

 

Ch

Posté par JGimard à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 21 février 2018

À l'antenne (01)

 

logo_frequence_protestante

Telle la traversée du désert, la période du Carême nous invite à puiser dans les ressources insoupçonnées de notre vie intérieure.

Dans un élan bienveillant d’œcuménisme, retrouvez-moi demain jeudi 22 février à 12H05 sur Fréquence Protestante (100,07), pour inaugurer ensemble ma grande première sur le Midi-Magazine, autour d’une question existentielle : « La vie intérieure, et Dieu dans tout ça ? »

À quoi ressemble la vie intérieure pour celles et ceux qui ne se laissent pas guider par le Seigneur ? La vie intérieure, propice à mieux savourer le monde qui nous entoure, ne serait-elle qu’un pis-aller au désert spirituel ?

Ch-Andre-Vie

Christophe ANDRÉ, spécialiste de l’âme humaine, répondra à mes questions.

Échanges nourris autour de son dernier livre, « La vie intérieure », publié aux éditions de l’Iconoclaste.

Délicieux partage de sérénité dans notre saint Carême !

RDV demain jeudi 22 février, 12h05, sur Fréquence Protestante (100,7)

https://frequenceprotestante.com

Et que la Paix soit avec vous !

JG

Dieu-

lundi 22 janvier 2018

Enquête sur la quête (suite)

Quete-W

Comme un clin Dieu, en écho à notre dernière chronique, la quête fait reparler d’elle ces derniers jours. Et au plus haut sommet ! Puisque la presse nationale s’empare du sujet au détour d’une expérience ecclésiale qui ne manquerait pas de faire sourire notre ami Arthur (Rimbaud). « Il faut être absolument moderne », adjurait l’homme aux semelles de vent.

Alors l’Église s’invente une modernité en œuvrant à la promotion de la « quête connectée » au moyen du paiement sans contact. Autrement dit, sortez votre carte bleue ! Une dépêche AFP reprise par la plupart des grands titres de la presse relaie cette grande première qu’inaugure l’église Saint-François de Molitor dans le XVIe arrondissement de Paris.

Cf. lien vers article ad hoc — Le Figaro, 18 I 2018

Après les consommations courantes de notre vie terrestre, voilà que le paiement sans contact s’empare de notre vie spirituelle.

Entre la liturgie de la Parole et celle de l’Eucharistie, surgit une œuvre de dématérialisation, avec la complicité de votre banque, sans même l’intercession de l’Esprit Saint.

Osons un regard catéchétique…

Quete-X

Puisqu’il est souvent de mauvais ton de railler le « progrès », accueillons cette innovation comme elle vient, avec un regard catéchétique de paroissien bienveillant. Côté catéchèse, osons la franchise !

Comment interpréter l’intrusion de la technologie financière le Jour du Seigneur, point d’orgue de notre foi ? Dans la diversité tellement humaine de nos communautés paroissiales, les fidèles peuvent-ils se reconnaître dans ce culte du modernisme à tout prix ? Rien n’est moins sûr…

Les paroissiens « pharisiens »  — par charité chrétienne, gageons qu’il en existe très peu — seront comblés. Sortir la carte bleue au moment de la quête permettrait de « se la jouer un peu ». Juste le temps de l’offrande, montrer qu’ils sont « branchés », ouverts au progrès, peu troublés par l’ostentation.

Les paroissiens pauvres, — interdits bancaire, démunis de carte bleue ou de smartphone à écran tactile —, n’auront pas accès à cette offrande, indice de standing. En chrétiens miséricordieux, notre cœur éprouve à cet instant un certain malaise. Là où soudain la parabole de la pauvre veuve est quelque peu écornée. Puisque l’amour voué à Dieu ne saurait être réductible à la somme versée… « Discrimination, exclusion, stigmatisation » : la novlangue en vogue ne manquera pas de nous culpabiliser.

Les paroissiens généreux auront un cas de conscience à résoudre. Comment donner une somme supérieure à dix Euros, puisque l’écran ne prévoit pas une somme supérieure ? Devront-ils actionner autant de fois leur carte bleue qu’ils veulent offrir de multiples de dix ? Imaginons l’embarras du donateur contraint de monopoliser quelques temps la corbeille magique. La belle aumône perd en discrétion ce qu’elle gagne en bonté.

Les paroissiens radins ne seront guère plus à l’aise. Comment donner moins de deux Euros sans se faire remarquer ? À vouloir imposer une somme minimum, la quête connectée ne suggère-t-elle pas une « offrande forcée » ? Un « contrat d’adhésion » à prendre ou à laisser ? De toute évidence, le droit des obligations est incompatible avec la liberté absolue de l’offrande.

 … Et assumons le doute paroissien !

Quete-Z

Les paroissiens mineurs, les enfants du catéchisme, n’ayant pas « la personnalité juridique pour faire acte de commerce » dixit le code civil, n’ont pas accès à ce mode de paiement — pardon, à ce mode d’offrande —. Curieuse manière de les sensibiliser au sens liturgique de l’offertoire.

Les paroissiens distraits seront en proie au désarroi. « Zut, mon téléphone est en panne de batterie » ou « j’ai oublié mon téléphone à la maison », pesteront-ils en murmurant dans les rangs.

Les paroissiens vertueux auront la courtoisie pour solide alibi. Le temps de la messe, n’est-il pas raisonnable d’éteindre son portable ? Tout simplement parce que le Père, le Fils et l’Esprit Saint ont des moyens beaucoup plus subtils pour nous appeler.

Les paroissiens rebelles préféreront manifester leur attachement indéfectible au geste de la main qui lâche dans la corbeille une monnaie sonnante et trébuchante. Synthèse intime de l’aumône et de l’offrande, du don de soi et du présent librement consenti. Parce que le geste ne saurait, d’aucune manière, être « dématérialisé ».

Oui, assumons notre doute paroissien : la quête connectée est-elle vraiment chrétienne ? À vouloir « dématérialiser » l’offrande, que gagne-t-elle en spiritualité ?

Nous revient aussitôt à l’esprit la cinglante apostrophe du Christ : « Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. » (Mt 6, 3-4)

Exhiber son portable, appuyer sur un bouton indiquant le « montant choisi », attendre le feu vert validant la « transaction », est-ce vraiment la meilleure façon d’accueillir la Parole de Jésus ? Pire encore, que devient la signification substantielle de l’offrande ? Est-ce une quête connectée au banquier ou au Seigneur ? Au-delà de ces questions de bon sens, allons plus loin encore.

Pourquoi l’Église n’ouvrirait-elle pas davantage la porte à la « dématérialisation » ? Via Skype ou Whatsapp, — des applications gratuites — pourquoi ne pas proposer des sacrements de pénitence dématérialisés ? Sur Instagram, une adoration du Saint Sacrement en images ou en animations ? Sur nos écrans tactiles, à toute heure,  des sacrements de l’Eucharistie, avec hostie consacrée et dématérialisée ?

Du haut de ses deux milles ans, pourquoi l’Église cèderait-elle à un caprice bassement séculier ? Le sacré a-t-il besoin d’emprunter aux apparences de la modernité ? Et la modernité a-t-elle besoin d’abîmer le sacré pour faire illusion ?

Pour communier à l’essentiel et retrouver le sens profond de l’offrande, méditons ces questions au moment de la quête, en jetant de vraies pièces dans la bonne vieille corbeille en osier, connectée à notre Seigneur et non à notre banquier !

§

Envie de réagir à cette chronique ou de livrer un témoignage ? Utilisez le lien commentaire situé en pied de page.

 

Pour un regard un peu plus liturgique sur la quête, revisitez via ce lien notre précédente chronique — Enquête sur la quête

Ou en format PDF — Quete_FIP_14I2018

Autre mode de quête connectée, plus atemporelle et plus discrète. L'application "La Quête", pour donner à l'Eglise, tout simplement !

Quete-Visa-B

Quete-Y

Posté par JGimard à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

mardi 16 janvier 2018

Enquête sur la quête

Quete-03

Dans la pédagogie de la messe, les manuels de catéchisme de jadis expliquent le moment de l’offertoire mais ne font jamais mention de la quête.

Même discrétion dans les supports contemporains d’information à l’endroit du casuel.

Dans son lexique, le site de la Conférence des Évêques de France livre une brève définition fonctionnelle de la quête, sans livrer le moindre éclairage liturgique.

À l’inverse, juste en quelques mots, le site de l’Église catholique de Paris insiste sur sa portée spirituelle : « C’est un signe de votre participation au Sacrifice du Christ ». Jusqu’à suggérer un modus a minima : « Combien donner ? 2 € peut être un minimum. Si vous le pouvez, donnez plus pour ceux qui ne peuvent pas donner beaucoup. » Étrange conception de la fraternité chrétienne, bien éloignée de la parabole de la pauvre veuve. Comme si, au nom de la solidarité, les fidèles devaient expier l’avarice de certains…

En quoi la quête est-elle un moment si particulier au cours de la messe ? Quels sont les rites immuables de cette curieuse chanson de gestes ? Que faut-il saisir, déduire, induire dans cette ambiance tintinnabulante si singulière ?

Quete-FIP-14I2018

Rares sont les chroniques osant explorer ces interrogations incidentes, moins anecdotiques qu’elles n’y paraissent dans la vie de nos communautés paroissiales. Rares sont les chrétiens à s’exprimer sur leur perception du casuel. Rares sont les opportunités de dialogue sur ce sujet plus ou moins tabou.

Alors lisez le texte ci-contre — Le moment de la quête, sous la lorgnette… — Et profitez-en, en toute liberté, pour nous raconter comment vous vivez la quête. Avec ou sans confidence. Avec ou sans pudeur. Avec ou sans humour.

Cf. ce document en format PDF Quete_FIP_14I2018

Source : Feuille d’Information Paroissiale, Saint-Pierre de Montmartre — 14 janvier 2018

Envie de réagir à cet article ou de livrer un témoignage  ? Utilisez le lien commentaire, situé en pied de page.

Quete-01

Source : La quête dominicale, in site paris-catholique.fr

Quete-CEF-

Source : La quête, in site eglise.catholique.fr

Quete-02

Source — Diocèse d’Amiens — Premiers pas vers Jésus - Petit catéchisme (Bourges, éditions Tardy, 1948, Illustr. G. Sassier) 

Quete-04

Posté par JGimard à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 6 janvier 2018

Parenthèse poétique (10)

Rois

En s’appropriant librement le récit très fragmentaire de l’évangéliste Matthieu et la célèbre Légende dorée par laquelle, à la fin du XIIIe siècle, l’archevêque italien Jacques de Voragine perpétua la Tradition, les anciens manuels de catéchisme convergent tous, à quelques mots près, sur l’épisode de l’Adoration des rois mages, sans omettre d’évoquer la portée liturgique et théologique de la Manifestation du Verbe de vie à l’humanité tout entière.

Un secret bien partagé entre d’humbles bergers du coin et de mystérieux savants venus d’un lointain Orient. Le « Peuple élu », ses notables, prêtres et scribes, eux, ne sont pas mis dans la confidence. Parce qu’au regard de l’universalité du message, Dieu n’a que faire de la préséance.

D’âge en âge, la mystérieuse étoile qui guida les illustres visiteurs participe à prolonger la magie de Noël. Avec légèreté, sur un ton primesautier qui éveille en nous le parfum de l’aventure, Edmond Rostand prête atermoiement, perplexité et tergiversation aux Rois mages. Un texte délicieux qui habille ce rendez-vous divin d’une touchante humanité …

Les Rois Mages

Ils perdirent l'étoile, un soir ; pourquoi perd-on 
L'étoile ? Pour l'avoir parfois trop regardée, 
Les deux rois blancs, étant des savants de Chaldée, 
Tracèrent sur le sol des cercles au bâton. 

Ils firent des calculs, grattèrent leur menton, 
Mais l'étoile avait fui, comme fuit une idée. 
Et ces hommes dont l'âme eût soif d'être guidée 
Pleurèrent, en dressant des tentes de coton. 

Mais le pauvre Roi noir, méprisé des deux autres, 
Se dit « Pensons aux soifs qui ne sont pas les nôtres, 
Il faut donner quand même à boire aux animaux. » 

Et, tandis qu'il tenait son seau d'eau par son anse, 
Dans l'humble rond de ciel où buvaient les chameaux
Il vit l'étoile d'or, qui dansait en silence.

Edmond ROSTAND (1868-1918)

Edmond-Rostand

Pour en savoir plsu sur l'auteur, suivre ce lien — 

http://www.edmond-rostand.com/vie.html

 

 

La Manifestation de Jésus-Christ aux Gentils

Epiphanie-A1

Epiphanie-A2

Source : CAULY (Mgr E.) — Le Catéchisme expliqué — dogme, morale, sacrements, culte — (Paris, J. de Gigord Éditeur, nouvelle édition, 319e à 352e mille, 1924)

Les trois particularités liturgiques de l’Épiphanie

Epiphanie-B

Source : CAULY (Mgr E.) — Le Catéchisme expliqué — dogme, morale, sacrements, culte — (Paris, J. de Gigord Éditeur, nouvelle édition, 319e à 352e mille, 1924)

Pour célébrer dignement l’Épiphanie

Epiphanie-C

Source : CAULY (Mgr E.) — Le Catéchisme expliqué — dogme, morale, sacrements, culte — (Paris, J. de Gigord Éditeur, nouvelle édition, 319e à 352e mille, 1924)

 

Epiphanie-01 

Source : QUINET (Chanoine) & HAMAYON (Abbé) — Doctrine et Leçons de choses religieuses, suivies de notes morales et sociales (Paris, Librairie L’École, 1937) 

§

NB- Pour une autre évocation de l’Épiphanie, revisitez via ce lien notre précédente chronique — « Visionnaires, les rois mages »

http://catechese.canalblog.com/archives/2016/01/03/33154794.html

Source : Pierre Paolo PASOLINI — L'Évangile selon Saint Matthieu (1965)

Epiphanie-D