Nazareth-01

En images beaucoup plus qu’en textes, les anciens manuels de catéchisme évoquent souvent la Sainte Famille pour représenter Jésus enfant, aidant Joseph à l’atelier sous le regard admiratif de Marie.

Dans un sonnet trop peu connu, le poète José-Maria de Heredia met en scène le dur métier de charpentier. La fatigue et la chaleur ont raison de son ardeur. « L’Apprenti divin », lui, met tout son cœur à l’ouvrage.

Tableau poétique où labeur et sérénité font cause commune pour dresser un portrait vivant du « Huchier de Nazareth ».

De belles émotions qu’il n’est plus permis d’ignorer au moment de fêter la Sainte Famille, le premier dimanche qui suit immédiatement la fête de Noël.

 

Sainte-Famille-

LE HUCHIER DE NAZARETH

 

Le bon maître huchier, pour finir un dressoir,

Courbé sur l’établi depuis l’aurore ahane,

Maniant tour à tour le rabot, le bédane

Et la râpe grinçante ou le dur polissoir.

 

Aussi, non sans plaisir, a-t-il vu, vers le soir,

S’allonger jusqu’au seuil l’ombre du grand platane

Où madame la Vierge et sa mère sainte Anne

Et Monseigneur Jésus près de lui vient s’asseoir.

 

L’air est brûlant et pas une feuille ne bouge ;

Et saint Joseph, très las, a laissé choir la gouge

En s’essuyant le front au coin du tablier ;

 

Mais l’Apprenti divin qu’une gloire enveloppe

Fait toujours, dans le fond obscur de l’atelier,

Voler les copeaux d’or au fil de sa varlope.

Source : José-Maria de HEREDIA — Les Trophées (Paris, Alphonse Lemerre éditeur, 1893)

 

Unknown

À propos de l’auteur, José-Maria de HEREDIA, (1842-1905), Cf. le lien vers le site de l’Académie française —

http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/jose-maria-de-heredia?fauteuil=4&election=22-02-1894

 

heiligefamiliechromolithographiec1930