Trinite-G

Les manuels de catéchisme de jadis sont unanimes à reconnaître que « nous ne pouvons pas comprendre le mystère de la Trinité, mais nous pouvons cependant le concevoir, c’est-à-dire nous en faire une idée. » Nuance par trop subtile, sans doute, pour des enfants toujours en quête de concret.

Faute de limpidité pédagogique, ils se bornent à mettre en scène la célèbre parabole de « Saint-Augustin et l’enfant ». Ils insistent sur le rapport intime entre Sainte Trinité et signe de croix. Ils en rappellent l’expression manifeste lors du baptême de Jésus et lors de la Transfiguration. Ils expliquent surtout la joie incomparable que le Symbole des apôtres fait résonner en notre cœur. Trois personnes divines, égales en puissance comme en perfection. Une compagnie consubstantielle et inséparable, prodiguant écoute, miséricorde et grâces. Alors, pour être aussi généreuse que mystérieuse, la Sainte-Trinité mérite bien une fête, même si elle n’attend pas nécessairement ce jour-là pour éclairer notre foi.

JG

Trinite-D

Source : PRIGENT (Chanoine) — Mon catéchisme illustré - cours moyen et supérieur (Paris, Libraire Saint-Joseph, s.d.)

Trinite-E

Source de joie dans notre cœur

Nous honorons spécialement la Sainte Trinité par le signe de la croix et l’invocation : « GLOIRE AU PÈRE, AU FILS ET AU SAINT-ESPRIT. »

Soyons joyeux de savoir qu’en Dieu il y a un Père qui nous aime, qu’il y a un Fils que veut que nous soyons ses frères, et qu’il y a l’Esprit-Saint pour nous donner lumière, force et charité.

N’oublions pas que les trois personnes divines viennent dans le cœur de ceux qui sont en état de grâce : « Si quelqu’un m’aime, a dit Jésus, nous viendrons à lui et nous ferons en lui notre demeure. »

Source : PRIGENT (Chanoine) — Mon catéchisme illustré - cours moyen et supérieur (Paris, Libraire Saint-Joseph, s.d.)

Trinite-K

Source : QUINET (Chanoine) — Explication simple et pratique de mon Catéchisme (Paris, Librairie L’École, 1938, Illust. Pierre ROUSSEAU)

De la naissance à la mort

Trinite-F

La sainte Trinité a été invoquée sur nous à notre naissance.

La sainte Trinité sera invoquée sur nous à notre mort !

Aux fonts baptismaux, le prêtre nous dit : « Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, allez et marchez dans la vie. »

Aux portes de la tombe, quand nous serons étendus défaillants sur notre lit d’agonie, le prêtre nous dira : « Partez, âme chrétienne, au nom du Père qui vous a créée, au nom du Fils qui a souffert pour vous, au nom du Saint-Esprit qui vous a sanctifiée ! »

Ainsi, c’est entre deux invocations à la Trinité que la religion a placé tous les jours de l’homme. Et comme ces jours, semblables à des flots qui s’égarent, auraient pu perdre de leur pureté en ne coulant plus sous les yeux de Dieu, la catholicisme a voulu que le souvenir de la Trinité nous revînt, non seulement dans toutes les circonstances graves de la vie, mais encore souvent dans la même journée.

Les sacrements qui se trouvent entre le baptême et l’extrême onction sont tous administrés au nom de Dieu en trois personnes, et l’Église tient tellement à ce que les chrétiens ne perdent pas de vue ce mystère, qu’elle le mêle à ses prières du matin au soir, à ses prédications, à ses hymnes et à son sacrifice. Sur la terre, elle répète : Gloire au Père, gloire au Fils, gloire au Saint-Esprit ! comme les Séraphins, dans leurs éternelles extases, répètent : Saint ! saint ! saint !, le Dieu des Armées ! Gloire au plus haut des Cieux !

Le Gloria patri, c’est l’hosannah des hommes, l’hymne sans fin de ce monde.

Le grand mystère de la Trinité écrase tellement l’esprit, que, pour en parler avec convenance, il faut se servir des paroles que les saints ont dites avant nous. Sans cette prudence, vous courez le risque de vous égarer.

Source : WALSH (M. le Vicomte) — Tableau poétique des fêtes chrétiennes (Paris, Librairie Blériot, collection Bibliothèque grise, nouvelle édition, s.d., vers 1900)

Trinite-J

 Source : CAULY (Mgr E.) — Le Catéchisme expliqué - dogme, morale, sacrements, culte - (Paris, J. de Gigord Éditeur, nouvelle édition, 319e à 352e mille, 1924) 

Trinite-A

Source : BOYER (Chanoine) — Mon premier catéchisme en images (Tours, Maison Mame, 1943, illustr. Pierre ROUSSEAU)

§

 Chants Grégoriens - Kyrie

§§§